Mise en abîme

Après avoir reçu l’exemplaire que je lui avais envoyé, une des participantes du livre Voyage Intérieurs m’a envoyé cette jolie image…
photo : Sheephyr (visitez son blog ! il fait de bien belles photos ce monsieur)

Au passage, Sheepyr revient sur le billet de Fluctuat, et le commentaire de L-B-N-zeblog sur ce dernier.
Profitons-en pour un petit mot à ce sujet…

Certes, je peux comprendre que la présentation de Fluctuat puisse interpeller beaucoup de photographes : « Il (l’auteur) est l’un des premiers hommes à ma connaissance à se pencher sur la masturbation féminine …/… sans voyeurisme gratuit ni vulgarité. »
OK, la formule est malheureuse puisque, pour rester dans le cliché, « de tous temps, les photographes ont pris des photos de femmes qui se masturbent ». Bien sûr, que beaucoup ont déjà exploré ce sujet ! Visiblement, c’est ça qui fait bondir LBN et Sheepyr.
Seulement, et c’est là sans doute que nos avis divergent, si d’autres ont fait des photos de femmes qui se masturbent, je pense n’avoir pas abordé ces images et ces textes de la même façon que mes illustres prédécesseurs…

Quand j’ai commencé Voyages Intérieurs, ma première préoccupation a été de trouver une façon de dépasser mes propres représentations, ma fantasmatique, pour m’intéresser à la réalité de ce que vivent des femmes. Et c’est là, à mon sens, que la démarche est originale.
Parce que ce livre tente de rendre compte avec simplicité de la réalité, et non de susciter l’excitation !
Prendre le temps d’interroger ces femmes, ne pas influencer la séance photo mais tenter d’approcher au plus près de l’intimité… autant de préoccupations qui ont apporté au final un petit quelque chose de différent à ce travail.
A ce propos, la chose qui me fait plaisir, c’est le nombre de femmes qui m’ont posté des commentaires ou des messages pour me dire qu’elles se reconnaissaient dans ces textes et ces images… il semble que ce travail parle plus aux femmes qu’aux hommes…

Bref, en un mot, là où je pense que ce projet diffère des multiples images que « de tous temps », l’homme a fait de femmes se masturbant, c’est simplement que j’ai tenté de ne jamais imposer mes représentations, mais simplement de porter un regard sensible sur toutes ces femmes…

Et pour finir, je super content des retours que les participantes m’ont fait sur ce livre : ma fierté d’avoir réussi ce pari semble partagée !
Voici par exemple ce que m’écrit C. :

« Merci Gael
Voilà, j’ai bien reçu le bébé et même si je n’en suis pas l’auteure j’en suis fière malgré tout.
La préface d’Ovidie est bien écrite et pertinente.
Les photos sont superbement mises en valeur et le témoignage (je parle pour moi) est fidèle à ce que j’ai dit.

Bref ravie et fière d’avoir été de ce fabuleux projet qui met la femme à l’honneur. »

Post a comment or leave a trackback: Trackback URL.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *