J., 24 ans – masturbation & tantra

Suite à la sortie du livre, j’hésite sur la suite à donner à ce projet (voir l’article « Voyages Intérieurs : le livre… et après ?« ).
En attendant de décider, je me propose de publier des témoignages seuls (sans photo), pour continuer à libérer cette parole qui ne demande finalement qu’à s’exprimer…
Pour le premier témoignage, c’est J., 24 ans, journaliste et photographe freelance, qui raconte sa découverte du tantra et la façon dont cela a modifié sa sexualité.

Elle se demandait, en m’envoyant son témoignage, si à la lecture les autres allaient la comprendre… les commentaires sont là pour ça, la discussion est ouverte !

« J’ai quelqu’un dans ma vie mais on ne se dit pas ‘un couple’. Il habite loin (+ de 700 km) et on s’Aime inconditionnellement. Une relation telle que peu de gens la conçoivent. De plus j’avouerai que si nous trouvons quelqu’un qui nous plaît de notre côté, on est d’accord pour s’engager dans des plaisirs intimes sans pour autant nouer de relations avec d’autres personnes (et puis on se raconte tout – alors on est comme meilleurs amis avec une relation intime incroyablement parfaite).
Et puis en même temps si cela nous arrivait de tomber amoureux du quelqu’un d’autre l’autre comprendrai et supporterai la décision (quelle qu’elle soit) de l’un…

Mon premier souvenir de masturbation, je devais avoir 14 ans ou quelque chose de ce genre. Je n’étais pas excitée sexuellement mais avais envie de savoir qu’est-ce que cela ferait si je me touchais.
Alors je l’ai fait, au début cela me faisait un peu mal, ou quelque chose, j’étais pas très sûre si cela me plaisait, puis au bout d’un temps j’ai commencé à éprouver un plaisir tellement intense que je ne savais pas vraiment quoi faire avec.
J’ai tout simplement continué à me toucher et ai eu un orgasme comme aucun par la suite. C’était comme l’allumage des réacteurs d’un engin, comme la première fois que un tas de muscles en moi trouvaient un usage.
Après cette fois, je n’ai jamais eu un orgasme pareil. Oui, des plaisirs indescriptibles mais jamais comme la première fois.

Au début c’était pour me débarrasser de toute cette sexualité qui bouillonnait en moi. Je suis même bien plus sexuelle que la plus part des hommes que je connais. Je pourrais ‘baiser’ toute la journée et tout le temps. C’est ce à quoi je pense la plus part du temps et souvent mes blagues ont toujours une connotation sexuelle (des fois bien cachée mais toujours là). Bref. Je suis sexe en personne 😛
Puis j’ai découvert une autre façon d’être qui me permettait non seulement de me développer en tant que personne mais aussi au niveau du plaisir que j’éprouvais lors des rapports. Depuis la masturbation est devenue plus un moment de plaisir que de débarras.
Ensuite est venu l’abandon complet de la masturbation puisque une fois j’ai réussi à entrer en moi (énergiquement ou spirituellement parlant) et n’ai tout simplement plus eu besoin de me masturber. Simplement marcher dans le vent me donnait autant (si pas plus!) de plaisir que de me masturber.
Avant j’utilisais aussi des vibromasseurs pour accompagner le tout mais de nos jours je veux même pas en voir. Disons que ma sexualité en général est devenue plus douce mais certainement aussi bien plus profonde. C’est difficile à expliquer à quelqu’un qui n’en a pas fait l’expérience, et je me retrouve à tout simplement plus en parler puisque la plus part des gens ne me comprennent pas ou alors me comprennent mal.

Maintenant, la masturbation me permet de réaligner mon corps et de me débarrasser de tensions qui ne s’évacuent pas par le méditation ou le yoga. De plus elle me permet d’avoir un regard sur comment se comporte mon corps et dans quelle santé je suis.
Depuis quelques mois je travaille beaucoup sur mes hanches et me masturber me donne la possibilité de les ouvrir d’une façon très spéciale qui me permet, comme dit, de relâcher certaines tensions inaccessibles autrement.

Sur le plan personnel, c’est aussi un moment pour moi. Un moment pour voir à quoi je pense et si je suis toujours partante pour la vie. Disons que j’ai passé un bon bout de temps ces dernières années à faire redescendre mon énergie pour accéder à des états de pure existence et lors de tout cela tout ce qui est énergie sexuelle disparaît doucement.
Alors me masturber me permet de voir non seulement sur un niveau physique si mon corps est toujours ‘up for living’ mais aussi si mon esprit arrive encore à imaginer, à avoir des désirs charnels.

J’ai presque toujours un orgasme. Des fois c’est tout simplement pour me toucher un peu, mais la plus part du temps, si je m’y mets c’est aussi pour arriver à l’orgasme. Le temps que je mets à l’atteindre est variable, cela dépend entièrement de mon état d’esprit. On va dire entre 5 et 30 minutes, dépendant à quel point j’ai envie d’en finir 😛

Je me masturbe presque jamais devant mon partenaire, c’est un moment que je préfère solitaire.
Comment je fais ? J’utilise ma main gauche pour écarter mes lèvres puis utilise ma main droite pour tourner dans le sens inverse d’une montre sur mon clitoris. Je vais chercher de la salive au début pour me mouiller ‘artificiellement’ puis descends sur l’entrée de la vulve pour la même raison dès que possible (avec ma main droite). J’écarte mes jambes autant que possible en ramenant les plantes de mes pieds ensemble, puis je les pousse l’un vers l’autre pour créer une tension dans ma hanche et à la base de ma colonne vertébrale. Des fois je remonte mes jambes sur les côtés pour travailler encore plus sur la hanche elle-même. Comme je serre mes muscles internes pour me masturber et que j’utilise cette énergie sexuelle et de plaisir cela me permet de travailler dans cette zone d’une manière très particulière. Si la question s’était posée il y a quelques mois ou années, ce serait bien différent… 😀

Je me masturbe plus très souvent (plus ou moins une fois par semaine et encore) mais depuis ce weekend tous les jours (pour des raisons dans lesquelles je n’irai pas ici :P)… 😀

Depuis justement ce travail qui se lie à la masturbation, je le fais toujours dans le lit.

Pour ce qui se passe dans ma tête, cela dépend encore une fois de mon humeur.
Jusqu’à il y a pas longtemps je fantasmais toujours d’avoir un rapport avec une autre femme. Mais depuis que c’est fait l’idée ne me hante plus autant. La même chose pour une certaine personne que j’avais rencontré il y a bien déjà quelques années mais avec qui je n’avais pas couché à l’époque. Il m’avait tout simplement touché comme aucun autre avant lui et il est resté me hanter…
Sinon, c’est toujours des images d’homme(s) que je connais, ou pas, ou alors une femme, et peut être un homme avec elle.
Je n’ai plus vraiment un fantasme simple, c’est plutôt une idée qui évolue lorsque je me touche pour enfin en finir avec l’Image qui ce jour-là me fera jouir (et qui change en général chaque fois).

Je serai curieuse de savoir ce que les autres femmes ont répondu et à quel point elles ont été précises. Je n’ai pas de problèmes pour en parler mais souvent me retrouve confrontée à la question: va-t-on me comprendre ? »