Rituel III – première tentative

Après plusieurs rendez-vous loupés, nous avons enfin réussi à faire une première tentative au plateau pour un nouveau rituel qui me trottait dans la tête depuis quelques temps – en fait, depuis une discussion avec une amie qui a longtemps souffert de TOC et m’avait raconté certains de ses troubles…
Je lui ai bien sûr demandé avant d’utiliser ces confidences pour écrire une performance, mais je crois que la résultat est finalement assez universel.

 

Le protocole était le suivant :

 

1. J’écris des pensées négatives sur le corps de Belore. Chaque surface de son corps doit être couverte de ces pensées. J’essaie d’écrire des phrases plutôt que juste des mots (« regarde-toi tu es grosse comment oses-tu sortir comme ça, en plus avec ce décolleté tu as l’air d’une pute s’il t’arrive encore des ennuis tu l’auras bien cherché tu aimes ça en fait… » – j’avais préparé cette improvisation en lisant attentivement les témoignages sur le blog Le corps des femmes). Je ne suis pas violent mais implacable, j’ai un travail à faire et je le fais – comme une sorte d’huissier, par exemple.

 

2. Comme je représente une part d’elle-même, Belore ne peut en aucun cas s’opposer physiquement à moi. Sa seule défense c’est des petits rituels magiques (compter sur ses doigts, tirer sur ses cheveux…). Pour le reste, elle doit écouter ses émotions, elle peut se sentir angoissée, agressée, ou au contraire excitée, ou encore résignée… et passer d’une émotion à l’autre durant la performance.

 

Ce premier essai aura été vraiment positif.
D’une part, esthétiquement, les images sont magnifiques. Je n’en doutais pas trop – écrire sur un corps c’est beau (bien sûr, je parle essentiellement des images sur scène – même si j’admire les photos qu’Annliz a réussi à sortir lors de cette première répétition, malgré les conditions techniques minimales).
Mais surtout, en mouvement, cette performance dégage bien la violence que je souhaitais. Alors que mes mouvements sont doux, que rien n’est brusque ou violent physiquement… la situation dégage une force incroyable.

 

Bref, pour le moment, laissons reposer tout cela…

 

Post a comment or leave a trackback: Trackback URL.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *