Gaza : ne pas se taire

Il est rare que j’aborde frontalement des questions de politique ici.
Mais il me semble qu’à situation exceptionnelle, réponse exceptionnelle.

Un massacre est en train de se dérouler à Gaza (un envoyé des Nations Unies a employé les mots de « crime de guerre » et de « crime contre l’humanité » pour décrire les actes commis par Tsahal), dans une relative indifférence des autorités internationales.
Alors que les opinions publiques internationales sont en ébulition, les Nations Unies ont adoptées cette nuit une résolution qui demande l’arrêt immédiat des violence… à 14 voix sur 15, car les États-Unis se sont abstenus (et nous qui croyions que l’élection d’Obama pourrait changer des choses…).
Une résolution ?!! Les résolutions sur ce conflit s’entassent depuis des dizaines d’années à l’ONU, et aucune n’est respectée ! L’urgence de la situation demandait au moins l’envoi immédiat d’une force d’interposition !
Le fameux droit d’ingérence humanitaire prôné par Kouchner ne s’appliquerait-t-il qu’à l’Afrique noire ?

Je ne souhaite pas entrer dans la polémique.
Mais en l’occurrence, quelles que soient nos opinions politiques ou religieuses, j’ai vraiment du mal à comprendre comment, comme par exemple Alexandre Adler hier sur un plateau télé, on peut refuser de condamner ce qui est de toute évidence un massacre de populations civiles !

8h31: L’armée israélienne a bombardé en début de semaine une maison de Gaza où elle avait rassemblé 110 civils, en tuant 30, assure l’ONU en citant des témoins. «Selon plusieurs témoignages, le 4 janvier, des soldats ont évacué environ 110 Palestiniens dans une seule maison à Zeitoun (dont la moitié était des enfants) en leur ordonnant de rester à l’intérieur», affirme un communiqué de l’Office de l’ONU pour la coordination humanitaire (OCHA). «Vingt-quatre heures plus tard, les forces israéliennes ont bombardé à plusieurs reprises cette maison, tuant environ 30» personnes, ajoute le communiqué.

Source : Libération – le conflit heure par heure

J’ai bien conscience que ces témoignages sont à recouper, car même l’OCHA n’est évidemment pas exempt de tentatives de manipulations. Mais on peut tout de même être extrêmement inquiet lorsqu’on s’aperçoit que :
tous les témoignages des habitants de Gaza joints par différents média semblent concorder
– les journalistes n’ont pas accès à la Bande de Gaza !
Mener « sans témoins » une opération militaire qui vise sciemment des populations civiles… quel exemple nous donne l’état d’Israël aujourd’hui…

Discuter de l’opportunité de réponses militaires, de la situation politique, de l’histoire de ce conflit, des responsabilités des deux parties (exemple type : elles rejettent toutes deux le cessez-le-feu)… c’est possible, mais pas maintenant !
Aujourd’hui, l’urgence est claire : arrêter immédiatement ces actes impardonnables, injustifiables.
Et surtout, surtout, ne pas se taire.

Quelques liens – je compléterai peu à peu
Gaza : are  we not human ? / Gaza : les frappes israéliennes succèdent au tir de roquettes du Hamas / Gaza : le Hamas rejette le cessez-le-feuGaza : Israël ignore le cessez-le-feu voté par l’ONU / Free Gaza : témoignages recueillis à Gaza et coordonnées de militants des Droits de l’Homme sur place / une analyse de Pierre Razoux en terme d’enjeux de pouvoir

Post a comment or leave a trackback: Trackback URL.

Comments

  • jG  On 9 jan ’09 at 13:05

    oui … mais non :)

    pour mémoire, Obama n’a pas encore été investi. l’ONU est une mascarade qui a prouvé son inefficacité depuis belle lurette. l’abstention américaine n’est pas plus scandaleuse que le vote de certains petits pays qui sont achetés par d’autres (ex. la Chine avec les pays d’AmSud)

    il faut également se souvenir que l’attaque d’israel a été lancée suite à la non prolongation du cessez-le-feu par le hamas. après six mois de trève qui leur a permis de se réarmer, ces têtes d’anges ont décidé de recommencer à lancer des roquettes sur les villes limitrophes de la frontière. tout ceci est certes triste, mais aujourd’hui, on ne peut condamner l’un sans condamner l’autre. c’est d’ailleurs toute la bêtise de la position française qui fut parmi les premiers états à employer le terme d’agression israelienne. plutôt que de faire plaisir à nos banlieues en infléchissant notre politique étrangère, il serait sans doute plus utile de calmer ces cons qui se complaisent dans le combat. ces cons, tu l’auras compris, ce sont les deux parties, les lemmings de la guerre de religion … seulement voilà, l’ingérance n’est pas si simple. La dernière fois que l’ONU s’est saisi de ce dossier, décision a été prise de stopper la démilitarisation de cette zone par tsahal au profit d’un déploiement d’une force d’interposition qui n’a servi à rien.

    si ils ont envie de se battre, qu’ils le fassent. de toutes manières, il n’y en a pas un pour rattraper l’autre, et certainement pas nous. eh oui, la nature humaine est de détruire et de baigner de la violence, boarf, si ça les amuse. au moins, ça donne de la matière aux journalistes, ils tournaient en rond avec Carla et le Pouvoir d’Achat !

  • Gaël  On 9 jan ’09 at 13:15

    J, je pourrais comprendre ton point de vue… s’il s’agissait d’une guerre, entre des armées.
    Auquel cas, oui, autant les laisser s’entretuer, car effectivement il y a dans les deux camps des gens qui ne souhaitent pas la paix.

    Mais le problème, c’est que le mot « combat », que tu emploies, est difficilement adapté à une situation où la troisième puissance mondiale bombarde sans répit une région où la densité de population est telle que pour atteindre les combattants du Hamas planqués au milieu (ce que je désapprouve aussi, hein : planquer dans combattants dans une école, on ne peut pas dire que ce soit très éthique)… Tsahal semble avoir choisi l’optique de frapper dans le tas.
    Et qu’on ne me parle pas de frappes chirurgicales, cette blague n’a plus cours depuis les évaluations des dommage réels à Bagdad.

    Donc si je comprends (avec certaines limites que je ne souhaite pas développer ici, notamment sur la rupture d’une trève dont les conditions n’avaient jamais été appliquées par Israël) ton point de vue pour ce qui concerne les combattants, j’ai du mal à ne pas penser tout de même aux populations civiles.
    Au dizaines d’Israéliens tués ces dernières années par des roquettes du Hamas.
    Et aux centaines de palestiniens tués ces derniers jours par Tsahal.
    Sans entrer dans un bilan comptable cynique, mon indignation est la même pour tous ces morts, au-delà de mes opinions sur ce conflit.

    P.S.
    Sur le reste, notamment la position américaine, ou les média opportunistes, totalement d’accord.

  • Blabla  On 9 jan ’09 at 22:00

    Madame,

    Pour information, il n’y pas de militants cachés dans les écoles.C’est de la désinformation de l’armée israelienne pour justifier le massacre.L’ONU confirme.

    Cordialement ,

    Blabla

  • Gaël  On 10 jan ’09 at 10:24

    Blabla : oui, c’est très possible.
    C’est juste que le Hamas applique une stratégie de guérilla, en restant planqués au milieu de la population, écoles ou pas.
    Et honnêtement, ont-ils le choix ? L’autre option c’est quoi, sortir en rangs d’oignons et mener une attaque frontale dans un coin désert, genre à quelques centaines armés de lance-roquettes tout pourris face à une armée sur-entraînée et qui dispose de F16 et de drones ?
    S’il choisissaient cette option ils auraient intérêt à appeler la presse, parce que ce type de suicide collectif, ça ne serait pas une stratégie militaire – une belle image symbolique, peut-être, mais guère plus. Et il faudrait être attentif, parce que ça ne durerait pas longtemps, comme bouquet final…

  • jG  On 10 jan ’09 at 21:43

    Israel 3eme puissance militaire mondiale ? euh … ça me rappelle lorsque on nous vendait l’armée irakienne comme une armée redoutable avant la 1ere guerre du golfe. Je vais sans doute paraître inhumain mais, perso, je ne peux pas ressentir de compassion vis-à-vis de civils ne condamnant pas des actions terroristes aussi courageuse qu’aller se faire sauter dans un bus rempli de civils.

  • Gaël  On 11 jan ’09 at 22:47

    Note de modération :

    J’ai supprimé un commentaire de « art-tic », qui n’apportait rien au débat (ça c’est autorisé) et qui insultait les précédents posts (ça c’est interdit).

    Je rappelle simplement à ceux qui laissent un commentaire ici que je ne censure aucune opinion si elle est exprimée dans un but de discussion, en revanche je n’admets pas l’insulte dans ma maison 😉

  • Mrs Rose  On 12 jan ’09 at 22:17

    Je n’ajouterai rien au débat actuel… Juste quelques idées de lecture…
    1) D’abord il faut lire la très bonne biographie écrite par Laure Adler « Dans les pas de Hannah Arendt », et notamment les pages où sont évoquées l’éventualité de la création d’Israël (en tant qu’état) et sa création effective. Hannah Arendt faisait partie de ces juifs qui étaient contre la création d’un état dont la justification ne serait que religieuse, justement parce que cela ne pourrait que créer des situations de haine, et ce d’autant plus que pour créer cet état, en 1948, on a expulsé des gens (des Palestiniens) d’une terre sur laquelle ils vivaient depuis de nombreuses générations. Certains de ces expulsés vivent d’ailleurs toujours dans les camps de réfugiés créés à l’époque… On se demande si les grands chefs d’état de l’époque et l’ONU ont vraiment réfléchi à ce qu’ils faisaient… Quelle rancoeur garderions-nous en nous si nos ancêtres, il y a 60 ans, avaient été virés de leur terre natale, si nous ne pouvions plus aller nous recueillir sur les tombes de nos aïeuls, si nos enfants comme ces réfugiés n’avaient plus comme souvenir de ce patrimoine qu’une clé d’une maison aujourd’hui détruite ?
    2) Ensuite, procurez vous le DVD d’un journaliste américain, juif de son état, ayant passé ses premières années à Jérusalem et dont le nom m’échappe hélas. Le titre de son documentaire est « Promesse(s) ». Il a interviewé plusieurs enfants juifs, musulmans, laïcs, israëliens, palestiniens entre les deux intifadas, leur demandant ce qu’ils pensent du conflit, comment ils voient « l’autre camp » et réussissant à faire se rencontrer certains enfants, ce qui paraissait être impossible a priori. Dans les bonus de ce film, on retrouve les enfants vers 16 / 17 ans et on voit comment cette rencontre a laissé ou non des traces. J’avoue (bon, ce n’est pas glorieux) avoir versé ma larme. C’est un film difficile, parce que certains enfants sont imprégnés par leur culture familiale et sont dans l’incapacité de voir autrement, mais c’est aussi un film plein d’espoir parce que des destins individuels ont changé (parfois même radicalement), tournés vers l’ouverture aux autres et le désir de paix.
    Ceci, juste pour montrer que les choses ne sont pas si simples et que nombre d’Israëliens et de Palestiniens sont prisonniers de l’Histoire que d’autres ont décidée pour eux… et sont pourtant dans une envie de paix. Certaines associations militent d’ailleurs dans ce sens. C’est trop facile de dire : « qu’ils s’entre-tuent ! ». Entre le sentiment d’être pris en otage (du côté palestinien, il est quasi impossible de rallier un hôpital si on en a besoin à cause des check points filtrants) et la peur des attentats qu’on ne peut nier (côté israëlien), entre manque d’informations réelles et désinformation étatique, entre douleur véritable et hystérie organisée, il est sans doute difficile pour un habitant de la région de faire la part des choses… Je crois qu »ayant la chance de vivre au calme, nous nous devons d’être réfléchi et de nous garder de toute facilité intellectuelle.

  • Laura  On 13 jan ’09 at 9:30

    Je voudrais savoir si tu as prévu des exposition en 2009?? si oui ou et pourrais-tu m’informer sur les dates??? j’espère de tout coeur voir que tu en as prévu!!!:)

    Je t’embrasse

  • jG  On 13 jan ’09 at 15:10

    bien parlé Mrs Rose. paix sur terre aux hommes de bonne volonté …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *